Lauréats 2008

Prix Quinquennal

Monsieur Calixte Duguay
pour l’ensemble de son oeuvre

Calixte Duguay se définit comme un écrivain égaré dans la chanson. Ancien professeur de français passionné de musique et de littérature, il a choisi l’une et l’autre en adoptant la chanson comme mode d’expression. Au fil des ans il a ainsi écrit plus de 500 titres dont plusieurs, résistant à l’usure du temps, sont devenus des classiques, interprétés par les plus grands artistes d’Acadie et d’ailleurs, de Lina Boudreau à Roch Voisine, en passant par Zachary Richard et Nicole Martin. Sa poésie chantée l’inscrit dans la lignée des troubadours anciens et modernes et en ce sens, son apport au patrimoine littéraire est inestimable.

Texte d'appréciation du jury 2008
Depuis près de quarante ans déjà, l’auteur-compositeur-interprète, Calixte Duguay, nourrit autant l’imaginaire collectif acadien que celui de la francophonie. Chorales et interprètes se sont emparées de ses chansons contribuant alors à les rendre un peu plus éternelles encore.

Mais attention, ce n’est pas tellement à une quantité que nous voulons rendre hommage ce soir. Car la production chansonnière de Calixte Duguay demeure somme toute modeste. Quatre albums : Les Aboîteaux, Retour à Richibouctou, Rien que pour toi, et plus récemment, Les couleurs de ma vie. Ajoutons à cela, deux comédies musicales : Louis Mailloux et La Lambique.

Non, ce qui a retenu l’attention du jury, c’est d’abord la persévérance et la profondeur dans la construction de l’oeuvre. Bref, la qualité!

Persévérance, parce que dans l’Acadie de la fin des années soixante, tout restait encore à inventer dans le domaine de la chanson : moyens de production, de diffusion, de distribution.

Persévérance aussi parce qu’en dépit des nombreux obstacles et du temps, Calixte Duguay est « encore debout » pour reprendre les paroles d’une de ses célèbres chansons. « Et ne me demandez pas pourquoi ! » (encore dans la chanson).

Ce qu’on peut dire cependant, c’est que de cette génération de pionniers, à laquelle appartenaient aussi les Donat Lacroix et Édith Butler, Calixte Duguay s’est clairement démarqué comme poète. D’ailleurs, dans son livre L’identité à l’épreuve de la modernité (à la page 100 exactement), Joseph Yvon Thériault, déçu des « nouveaux héros de l’acadianité dernière vague que sont les juristes et les avocats », ne pu retenir un élan de nostalgie : « que nous reviennent les faiseurs d’acadianité qui savent parler des aboîteaux et de la beauté du pays. ».

Au départ, pionnier sans modèle, voilà donc que le chansonnier Calixte Duguay symbolise un modèle et pas des moindres : un modèle dont on peut s’ennuyer! Ce qui n’est pas rien.

La profondeur de toute l’oeuvre de Calixte Duguay, on la ressent tout de suite à la première écoute d’une simple chanson comme Les aboîteaux, une chanson à ce point profonde que son auteur avouait même en entrevue qu’il n’était pas certain de sa signification... normal, la richesse d’une oeuvre ne s'accommode-t-elle pas facilement d'ambiguïtés?

Qu’on nous permette tout de même ici une courte interprétation de l’impénétrable aboîteau : il s’agit d’une image toute simple, un aboîteau donc et tout près, un regard, celui du poète des Stigmates du silence en proie au doute. Qui reviendra activer ce symbole d’une modernité d’antan, d’une activité fiévreuse qui fut celle d’un peuple qui savait se rêver pour mieux se réinventer.

Replaçons-nous donc à une époque qui est celle du pionnier qu’est Calixte Duguay. Comprenons sa solitude et ses espoirs. Car il fallait arriver à croire en un écho possible, celui d’un lectorat ou d’un public. L’artiste veut dire quelque chose et le désert qu’il entrevoit le tue déjà un peu. L’espoir d’un écho au poète, Calixte Duguay l’aurait donc imaginé autour d’un aboîteau, comme un retour à la vie, un engagement collectif (chansonnier et public), bref, une fin de déportation.

Ce n’est pas la première fois que Calixte Duguay est honoré. Il a déjà été lauréat du Gala de la chanson ici même à Caraquet. En 1974, il a remporté le grand prix du Festival de la chanson de Granby. En 2006, Odette Castonguay lui consacre une biographie intitulée Calixte Duguay : aussi longtemps que je vivrai, biographie qui s’ajoute aux articles de type universitaire déjà publiés sur le poète dans la revue Port Acadie de l’Université Sainte-Anne et Présence francophone de l’Université de Sherbrooke.

C’est cependant la première fois que le nom de Calixte Duguay est associé à un prix qui porte un nom aussi prestigieux que celui d’Antonine Maillet. Et c’est avec beaucoup d’émotion qu’au nom du jury et du Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie nous décernons le Prix Quinquennal à Calixte Duguay.

Prix Annuel

Monsieur David Lonergan
pour ses essais Tintamarre - Chroniques de littérature dans l'Acadie d'aujourd'hui
publiés aux Éditions Prise de parole

David Lonergan enseigne le journalisme et le théâtre à l’Université de Moncton et tient une chronique hebdomadaire sur la production culturelle acadienne dans le quotidien L’Acadie Nouvelle. Il a publié une dizaine d’ouvrages dont Les Otages (théâtre, 1987), Blanche (roman, 1989), La Bolduc, la vie de Mary Travers (biographie, 1992), L’homme qui était sans couleurs (conte, 2003) et Tintamarre, chroniques de littératures dans l’Acadie d’aujourd’hui (essais, 2008).

Texte d'appréciation du jury 2008
Avec intensité et conviction, surgit, dans chacune des savoureuses chroniques de littérature acadienne, des auteurs connus à savourer ou à découvrir. Réalisme et psychologie se combinent dans les chroniques de David Lonergan. Réalisme d'une présentation d'un auteur et de son oeuvre ou d'une parution récente. Des productions regardées, chacune dans son genre, monsieur Lonergan en scrute l'intérêt, l'intensité de l'écriture et parfois même soulève les vices et les faiblesses. Sans cruauté, sans maladresse, dans un style dont la qualité supérieure de l'écriture est telle qu'il permet d'échapper au temps. Il recommande la lecture d'un texte qu'il nous invite à découvrir ou à relire par pur plaisir. Habile, il est loin de la conception littéraire qui prévalait il y a quelques années. Ses chroniques sont plus qu'un inventaire, il cherche le reflet de l'ouvrage analysé dans le monde d'aujourd'hui, l'importance de l'expérience psychologique, les qualités du talent des auteurs. Non, Lonergan n'est pas prétentieux, il procède systématiquement, sans ironie ni satire. Il se nourrit de littérature, il nous invite à ses agapes.

Ainsi, ce livre donne le goût de lire plusieurs des textes présentés. Il propose ses choix d'une façon personnelle qui dépasse la critique et la simple analyse des parutions acadiennes. Ses chroniques sont des pages littéraires, d'un souffle rare en littérature acadienne; il construit l'histoire de notre littérature par touches sensibles, en fonction de son regard vif et averti, nuancé.

Livre essentiel pour les Acadiens et Acadiennes, pour tous ceux qui connaissent et veulent saisir la littérature par une opinion calibrée, par la finesse de l'analyse et par l'invitation à la lecture. David Lonergan est un rare témoin des écrits acadiens à qui il accorde droit de cité dans la page culturelle de l'Acadie Nouvelle. Nous connaissons tous mieux les courants principaux de la littérature acadienne, son abondance et sa diversité. Cela explique la faveur dont jouira longtemps encore le beau livre de David Lonergan. Le jury est heureux d'honorer Tintamarre - Chroniques de littérature dans l'Acadie d'aujourd'hui, cet ouvrage important et intéressant, Prix Annuel 2008.

Prix Volet Jeunesse Richelieu

Madame Céline Pitre-Cool
pour sa pièce de théâtre J.A.M..

Céline Pitre-Cool est née à Caraquet et vit depuis 17 ans à Fredericton. Tout en fréquentant l'école Sainte-Anne (elle est présentement en douzième année), elle s'adonne à plusieurs activités artistiques telles le piano et le théâtre. Venant d'une famille d'écrivains, de poètes et de journalistes, elle a commencé à écrire très tôt des contes et des poèmes. Ce n'est qu'en 2008 qu'elle a eu envie d'écrire une pièce de théâtre. Ce fut son enseignante de français qui lui proposa de soumettre son œuvre J.A.M. au concours.

Texte d'appréciation du jury 2008
Le jury a décidé de décerner le Prix Volet Jeunesse Richelieu à Céline Pitre-Cool pour sa pièce de théâtre J.A.M.

Le jury a tenu à souligner chez la jeune auteure le talent d'une écriture dramatique en émergence pleine de promesse pour l'avenir. À l'aide d'indications scéniques et de dialogues plus que vraisemblables, l'auteure a su captiver l'attention des lecteurs et lectrices en plus de produire un texte qui pourrait facilement être joué sur scène. Les préoccupations des personnages de la pièce de Céline Pitre-Cool reflètent les angoisses, les espoirs et les préoccupations d'adolescents issus de milieux défavorisés qui sont prêts à travailler durement afin d'améliorer leur sort.

J.A.M. (à prononcer comme le nom anglais de l'ingrédient que l'on met sur le pain grillé) fait revivre avec force le destin de trois jeunes devenus adultes avant le temps et qui doivent, entre leurs cours et leur travail, continuer de lutter pour rester dans le droit chemin. Sans parents sur qui compter, ils s'épauleront dans leur combat contre les fléaux et les fausses promesses de la rue. Tendant vers l'universel et non vers la morale, cette pièce nous ouvre les yeux sur la solitude et l'angoisse que vivent bon nombre d'adolescents d'aujourd'hui, peu importe leur milieu d'origine.

Finalistes 2008

Prix Annuel

Monsieur Jean-Philippe Raîche
pour son recueil de poésie, Ne réveillez pas l’amour avant qu’elle ne le veuille
publié aux Éditions Perce-Neige

Poète acadien né à Petit-Rocher, Jean-Philippe Raîche a fait paraître Une Lettre au bout du monde (2001) et Ne réveillez pas l'amour avant qu'elle ne le veuille (2007) aux Éditions Perce-Neige, éditeur qu'il a contribué à relancer au début des années '90. Il a reçu, en France, le prix Aliénor et le prestigieux prix Louise-Labé.

Monsieur Alain Raimbault
pour son roman, Confidence à l’aveugle
publié aux Éditions Hurtubise HMH

Alain Raimbault est né en 1966 à Paris. Il émigre en Nouvelle-Écosse en 1998 où il enseigne à l'école francophone Rose-des-Vents. Après des recueils de poésie et des livres pour la jeunesse, il publie son premier roman pour adultes en 2006. En 2005, il a été finaliste au Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie pour son recueil de poésie intitulé : Partir comme jamais.

Prix Volet Jeunesse Richelieu

Monsieur Pierre-André Doucet
pour son récit Omnia mutantur, nos et mutamur in illis

Originaire de Moncton, Pierre-André Doucet est tout d'abord pianiste, mais on l'a aussi connu comme comédien, journaliste, militant...

Boursier de la Fondation canadienne des bourses d’études du millénaire ainsi que du Conseil des arts du Nouveau-Brunswick, il a également décroché le premier prix au concours d'essai littéraire de la Fondation Jean-Robert Gauthier. Il poursuit présentement ses études en musique à l'Université de Montréal.

Monsieur Richard LeBlanc
pour son essai Au sujet de Sisyphe et la Sagouine : traces entre la demeure et la déréliction

Natif de la région d’Edmundston, Richard LeBlanc a obtenu son diplôme d’études secondaires à la Polyvalente Cité des Jeunes A.-M.-Sormany en 2000. De 2000 à 2005, il a complété, à l’Université de Moncton, campus d’Edmundston et à l’Université de Poitiers en France, un baccalauréat ès arts multidisciplinaire en histoire, science politique et philosophie.

Il a effectué un stage en langue et littérature françaises à l’Université Libre de Bruxelles en Belgique durant l’été 2003. Depuis 2006, Il est étudiant à l’Université de Montréal en philosophie et études classiques ainsi qu’en langue et culture allemandes et théologie.


Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie 2015
Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie 2014
Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie 2013
Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie 2012
Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie 2011
Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie 2010
Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie 2009
Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie 2008
Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie 2007
Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie 2006
Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie 2005
Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie 2004
Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie 2003
Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie 2002
Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie 2001
Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie 2000
Prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie Vie 1999





|Accueil| |Règlements / Inscription| |Lauréats / Finalistes|
|Assurance-vie Fondation| |Nos partenaires| |Pour nous joindre|